Un prolongateur d'autonomie rotatif à hydrogène chez Mazda ?

Le moteur rotatif (ou Wankel) présente un gros avantage pour être utilisé en tant que prolongateur d'autonomie : il est bien plus compact qu'un moteur à piston de même puissance. Mazda (qui a gagné les 24 heures du Mans avec un moteur rotatif il y a une vingtaine d'années), supporte depuis longtemps ce type de moteur et ne veut pas le lâcher, quitte à le priver d'essence.

Les 4 phases d'un moteur rotatif Wankel : admission, compression, détente, échappement

Le moteur rotatif est compact mais gourmand. C'est ce qui a poussé Audi à renoncer à son utilisation. Mais Mazda, l'acteur majeur du moteur rotatif ces 30 dernières années, entend bien continuer à l'utiliser.

Déjà, grâce aux avancées de son programme SkyActiv, Mazda espère faire drastiquement baisser la consommation de ces moteurs pour leur faire atteindre une consommation comparable à celle de ses homologues à piston de même puissance. Mazda a dit en début d'année penser pouvoir "réintroduire le moteur rotatif sur le marché", et ainsi ne pas laisser à la RX-8 et son moteur 1.3l de 232ch le titre de dernière voiture de série à moteur rotatif Wankel.

Egalement, Mazda espère conduire des Wankel en série dans des prolongateur d'autonomie pour ses véhicules électriques. La compacité est un réel point fort (pour compenser l'encombrement de la batterie), il vibre moins qu'un moteur à piston et sa relative faiblesse de couple n'est pas un problème pour un prolongateur, si la puissance est là. 

Et pour aller plus loin et faire un prolongateur d'autonomie sans émission de CO2 à l'échappement, Mazda travaille à ne plus le faire fonctionner à l'essence mais à l'hydrogène. Un prototype de Mazda Premacy électrique à prolongateur d'autonomie fonctionne d'ailleurs ainsi depuis 2009. Avec un moteur rotatif à hydrogène couplé à un générateur, on obtient donc quelque chose qui consomme de l'hydrogène et rejette de l'eau pour produire de l'électricité et qui est très certainement moins cher qu'une Pile à Combustible. Pour l'instant, Mazda n'a pas promis de voiture électrique à prolongation d'autonomie en série.

Mazda n'est pas le seul à avoir pensé bruler de l'hydrogène dans une structure de moteur prévue pour de l'essence.  BMW avait produit en 2006 une petite série de son Hydrogen 7, dont le moteur V12 pouvait tout aussi bien se satisfaire d'essence que d'hydrogène. A l'époque, le rendement du réservoir à la roue était moins bon que celui d'une Pile à Combustible. Mais Pile à Combustible et moteur thermique à hydrogène ont tous les deux des obstacles à franchir pour être réellement accessibles et couronnés de succès, à commencer par la réglementation, le stockage et le réseau de distribution pour ainsi dire inexistant.

Commentaires

J'avais fait un trajet comme passagé dans une Mazda RX-7 il y a quelques années, en effet le moteur donne une sensation différente, d'ailleurs très linéaire comme les moteurs électriques.
Malheureusement, j'ai lu ce matin que Mazda arrêtait la production de ces moteurs (http://www.moteurnature.com/actu/uneactu.php?news_id=26543), mais peut-être bien que ce n'est que partie remise pour l'hydrogène, enfin j'espère.

Sur "Moteur-Nature", ils prétendent que le moteur diesel est plus propre que le Wankel.
Ça ne me paraît pas du tout fondé. Qu'en pensez-vous? Ampériste?
Dommage pour Mazda. S'ils se focalisent sur l'hydrogène, on n'est pas près de voir des prolongateurs d'autonomie venant de chez eux.