Mazda 2 RE : Le chant du cygne du moteur rotatif?

L'an denier, Audi a abandonné son A1 e-tron qui utilisait un moteur rotatif pour son prolongateur en raison de la difficulté à le mettre au point. La semaine dernière, Mazda a présenté au salon de Tokyo une version électrique de sa 2, équipée d'un prolongateur à moteur rotatif. Alors, verra-t-on bientôt dans les rues une voiture équipée d'un prolongateur à base de moteur rotatif?

Moteur rotatif Mazda
Moteur rotatif Mazda

Le moteur rotatif (aussi appelé Wankel) a une cinématique différente de celui d'un moteur à piston traditionnel. Plutôt que de faire des aller et retour en ligne, les pistons d'un moteur rotatif tournent sur eux-mêmes. L'aspiration, l'explosion et l'échappement se déroulent dans des zones différentes de la chambre de combustion. Ainsi sur le moteur en photo ci-dessus, l'air arrive en bas à droite, l'explosion a lieu à gauche et puis l'air repart par le trou situé à droite.
Cela crée moins de vibrations, mais surtout cela permet de faire des moteurs plus compacts. Le moteur que Mazda a présenté sur sa Mazda 2 RE par exemple fait 29 chevaux pour une cylindrée de 330 cm3. C'est quasiment la puissance du prolongateur de la BMW i3, pour une cylindrée de quasiment la moitié, et le volume total du moteur est réduit lui aussi (il ne prend presque pas sur le coffre). Le poids aussi est réduit , puisqu'avec un réservoir plein de 9l, l'ensemble ne pèse que 100kg. 29 chevaux, c'est bien suffisant pour prolonger l'autonomie de cette citadine au moteur électrique de 100 chevaux.
Mais il n'a pas que des avantages, c'est pour cela que Mazda est (quasiment?) le seul à présent à développer le moteur rotatif. Il consomme plus et dégage aussi bien plus d'oxydes d'azote (NOx) que les moteurs essence ou diesel de puissance comparable. C'est aussi cela qui rend plus difficile la commercialisation d'une voiture équipée d'un moteur rotatif.
Récemment, le PDG de Mazda indiquait que le moteur rotatif n'aurait pas d'avenir chez Mazda. Il invoque le problème de la rentabilité. "Si nous l'utilisons, ce doit être dans un produit qui s'écoule à plus de 100 000 par an. Il doit être rentable". A titre de comparaison, les deux précédents modèles à moteur rotatif de Mazda, la RX-7 et la RX-8 se sont vendues au mieux à moins de 60 000 et moins de 30 000 sur une année. Et aucun modèle électrique (avec ou sans prolongateur) ne s'approche encore des 50 000 unités annuelles.

Alors, cette Mazda 2 RE serait-elle un concept sans lendemain? Pas forcément. Il est si compact que Mazda dit qu'il pourrait trouver sa place dans des groupes électrogènes, où les normes environnementales sont moins strictes, et la recherche de rendement moins poussée. Parce que à ce niveau de puissance (20 kW), tous les groupes électrogène actuels sont (bien) plus gros. De quoi amortir les coûts de développement et, pourquoi pas, voir revenir le Wankel dans une voiture de série.

Suivez-nous sur facebook